L’agroécologie désigne un ensemble de pratique et de systèmes de production qui allie la science de l’agriculture et l’environnement. Son but étant de créer une agriculture responsable. Elle s’inscrit dans le processus de protection intense de l’environnement. L’agroécologie est axée sur le fait d’utiliser les ressources naturelles, tout en les préservant. C’est-à-dire, consommer, mais de manière à en assurer la régénération. Ce système permet de stopper la surconsommation qui entraîne le gaspillage. Il met un frein à l’agriculture industrielle, avec tous ses pesticides et ses OGM.

Quels sont les enjeux de l’agroécologie ?

L’enjeu principal de l’agroécologie est d’assurer le revenu des agriculteurs et des éleveurs. Ces derniers doivent faire le nécessaire afin de promouvoir un système sain, tout en produisant de quoi vivre. De premier abord, l’aspect économique peut faire peur. Les gens sont encouragés à produire moins. Ou plutôt, à une échelle moins industrielle. Pourtant, les dépenses de pesticide et autres produits qui boostent sont inexistantes. Ce qui permet de faire certaines économies. Parallèlement, l’agroécologie entraîne une diminution des exploitations. Conséquemment, une diminution des denrées alimentaires est à craindre. Le côté positif, c’est le frein obligatoire au gaspillage alimentaire. Les gens ne peuvent plus surconsommer.

Les techniques de l’agroécologie

L’agroécologie s’axe sur les techniques pour produire tout en protégeant la terre et l’environnement. Les cultures privilégiées sont celles qui s’adaptent au climat et au sol local. La fertilisation est organique, les traitements sont les plus naturels possible. L’usage de l’eau est repensé pour avoir une irrigation responsable. L’agroécologie oblige à un retour vers le savoir-faire traditionnel. Celui qui ne nécessitait aucune machine envahissante ni aucun produit agressif et corrosif. Les animaux élevés sont ceux qui vivent de ce qu’ils trouvent sur la terre environnante. Des animaux locaux qui se régénèrent facilement, car ils ne sont pas dépaysés. Leur croissance suit le cours normal. L’agriculture ne se focalise plus sur un seul produit. Des variétés de plantes se succèdent selon les saisons. Cette technique agricole traditionnelle limite la prolifération de maladies. En plus le sol s’en trouve fortifié et enrichi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *